IVF

Chasing Dreams

Expliquer les Portes Saintes

Tout d’abord, je tiens à vous remercier tous pour l’immense élan de soutien que nous avons reçu à la suite de la mort de ma mère. Cela a été si touchant de recevoir vos condoléances, vos promesses de prière et vos cartes de messe. Ma famille et moi sommes si reconnaissants.

Pour tous ceux d’entre vous qui ont peut-être manqué la chronique du mois dernier, ma mère a été retrouvée morte de froid dans la cour arrière de son établissement de soins de la mémoire. Dans les semaines qui ont suivi sa mort, des amis m’ont demandé si j’avais lutté contre la culpabilité pour ce qui s’était passé. Après tout, c’est moi qui l’ai placée là. Est-ce que je me blâme pour sa disparition? Suis-je hanté par les regrets? Suis-je rongé par la « culpabilité catholique »?

La question m’a fait penser à la culpabilité, « catholique » et autre, et à notre relation souvent dysfonctionnelle avec cette émotion.

Tout d’abord, pour répondre à la question: oui et non. Quand c’est arrivé pour la première fois, bien sûr, la culpabilité était l’une des nombreuses émotions qui tourbillonnaient dans ma tête. Je l’ai placée là. Puis elle a voulu partir, et je ne l’ai pas déplacée. Alors oui, sur le plan viscéral, j’ai ressenti de la culpabilité. Pendant quelques nuits, au début, je m’allongeais dans mon lit en sanglotant et en répétant, encore et encore, « Je suis tellement désolé. Je suis vraiment désolée. Je suis vraiment désolée. »

Mais c’était une émotion pure et irrationnelle. Puis j’ai commencé à y réfléchir. L’ai-je placée là pour être négligée et morte de froid? Bien sûr que non. Bien au contraire, cela a été fait spécifiquement pour que cela ne se produise pas. Ai-je été négligent dans le choix de l’installation? Encore une fois, non. J’ai fait des recherches en plus de la recherche. Nous avons payé un supplément pour ce qui semblait être le « meilleur » établissement, spécifiquement pour qu’elle ait les meilleurs soins. Ai-je oublié des drapeaux rouges? Non, il n’y en avait pas. Et oui, elle voulait partir. Mais je lui demandais constamment « Pourquoi veux-tu partir? Quelqu’un vous maltraite ? »Elle a toujours dit que non, ils ne l’étaient pas. Elle souffrait de démence, mais elle fonctionnait encore assez bien pour le savoir. Quand il s’est passé quelque chose qu’elle n’aimait pas, elle m’a fait savoir. Et il revenait toujours qu’elle l’avait rapporté avec précision.

Non, elle voulait partir parce qu’elle voulait rentrer  » chez elle. »Seulement, elle ne savait pas où était la maison.

Je n’avais pas de boule de cristal pour voir ce qui allait se passer. J’ai prié pour obtenir des conseils, j’ai fait de mon mieux, et je l’ai fait par amour pour elle. Aucune raison de se sentir coupable.

Et donc je l’ai laissé partir.

Je pense que la culpabilité a fait l’objet d’une mauvaise critique au cours des dernières générations. Je parle en particulier du phénomène de la  » Culpabilité catholique. » Les gens se plaignent que leur éducation catholique les a fait culpabiliser pour tout et n’importe quoi. Je n’ai jamais vécu cela, et je ne l’ai jamais compris. Pour moi, cela semble simple. Si vous n’avez rien fait de mal, il n’y a aucune raison de vous sentir coupable. Et si c’est le cas, repentez-vous et arrêtez de le faire. Problème résolu!

L’émotion de la culpabilité, qui fonctionne comme il se doit, est une bonne chose. Il nous a été donné par Dieu pour nous alerter que quelque chose dans nos vies doit changer. Bien sûr, les émotions ne sont pas infaillibles, nous devons donc suivre un processus pour engager l’intellect et « guider » notre culpabilité.

J’ai réalisé avec le recul que mon expérience suivait ce processus à la perfection.

Lorsque nous rencontrons la culpabilité pour la première fois, c’est de l’émotion pure. Cela peut être correct, cela peut ne pas être le cas. Dans mon cas, ce n’était pas le cas. Donc, la première étape est toujours d’examiner notre conscience, pour voir si nous devrions réellement nous sentir coupables de ce qui nous fait nous sentir coupables. Nous prions donc le Saint-Esprit pour l’illumination, et nous regardons la situation. J’ai fait quelque chose de mal ? Était-ce un péché? Une erreur de jugement ? Parfois, c’est clair. Parfois, ce n’est pas le cas. Nous devrons peut-être examiner les Écritures ou l’enseignement de l’Église. Nous devrons peut-être l’amener à répéter la prière, pour « l’arranger » avec Dieu.

Le but ici est d’arriver à une certaine certitude quant à savoir si notre culpabilité est basée sur la réalité. Si c’est le cas — si nous avons eu tort ou négligence ou péché à quelque niveau que ce soit — la solution est simplement de nous repentir, de nous confesser si nécessaire, puis de nous résoudre à faire mieux. Et si nous ne l’avons pas fait, nous libérons la culpabilité.

Je pense que ce qui se passe dans la culpabilité dite « catholique » est une sorte de court-circuit du processus. La personne, pour quelque raison que ce soit, ne veut pas croire qu’elle a fait quelque chose de mal. Donc, au lieu de regarder la situation d’un œil lucide, ils se retournent et courent. Ils ont peur de la sensation même de culpabilité. Ils évitent tout ce qui leur rappelle cela. Ils se disent qu’ils n’ont rien fait de mal. Mais ils ne le regardent jamais d’un très bon œil objectif. Ils n’y invitent jamais Dieu. Et donc, parce que l’émotion n’est jamais résolue, elle passe « sous terre. »Il est toujours actif, mais ils continuent d’essayer de le supprimer.

Et ce n’est pas sain.

J’ai appris il y a longtemps que « le meilleur moyen de sortir d’un sentiment est de le traverser. »La meilleure façon de traiter les sentiments de culpabilité est de les affronter de front, avec le Dieu qui nous aime même au milieu du péché le plus profond. Il n’y a sûrement rien de l’autre côté de cette culpabilité qu’Il n’ait jamais vu auparavant ou qu’Il n’ait jamais pardonné auparavant. Il nous aime follement – tout le temps.

Ce n’est pas le péché qui vous séparera de son amour, c’est le refus de le reconnaître, d’aller vers lui avec lui. Il attend toujours avec son amour et sa miséricorde.

Je suis tellement reconnaissant à tous ceux qui craignaient que je puisse être aux prises avec une culpabilité malsaine. Je ne l’étais pas. Mais certains d’entre vous, pour quelque raison que ce soit, peuvent l’être.

Tout ce que je peux vous dire, c’est que, avec le Dieu qui vous aime, les sentiments de culpabilité n’ont rien à craindre.

Image présentée par K. Mitch Hodge sur Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.